Le gouvernement refuse la reprise des cours dans les universités
Retrait de la circulaire qui prolonge l’interdiction de faire cours en présentiel !

La circulaire ministérielle de fin décembre « reprise progressive des enseignements dans les établissements d’enseignement supérieur à partir de janvier » condamne l’écrasante majorité des étudiants à rester chez eux.

Seuls des petits groupes limités à dix étudiants pourront être accueillis à partir du 4 janvier et seulement parmi ceux jugés les plus fragiles. Même ensuite, « au cours du mois de janvier », il n’est question de reprendre les TP et les TD que pour les étudiants de première année post-baccalauréat.


Intervention FO sur le budget 2021 au CNESER du 15 décembre 2020

En présence du directeur adjoint de cabinet du MESRI et des représentants de la DGESIP et de la DGRI, FO a fait la déclaration suivante sur le budget 2021

Le budget 2021 est le premier budget dans le cadre de la loi de programmation de la recherche (LPR). Il confirme que la LPR ne répond pas aux besoins du service public.

Concernant les formations supérieures et la recherche universitaire.


LPR : le dépliant publicitaire de la Ministre

Dans un courrier en date du 1er décembre et qui a été peu à peu distillé dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, Frédérique Vidal fait la publicité de son projet de loi, passé en procédure accélérée au parlement tandis qu’universitaires et étudiants étaient mis à l’écart de leurs établissements.

Un préambule sur la crise sanitaire qui frôle la provocation


Pour la réouverture des universités !
Pour la levée immédiate de l’interdiction de faire cours en présentiel !

Le deuxième semestre de l’année universitaire dernière a été dispensé en distanciel ; l’essentiel du premier semestre de cette année aussi. Les conséquences en sont désastreuses : le « décrochage » des étudiants atteint des niveaux jamais vus, malgré le travail considérable que fournissent tous les enseignants pour essayer d’adapter comme ils le peuvent leurs cours à la situation qui leur est imposée.


Le 10 décembre manifestons

Pour la non-promulgation de « loi de programmation de la recherche »
Pour le retrait de la « loi de sécurité globale »
Pour la défense de nos droits et des libertés universitaires
Pour la réouverture des universités avec les moyens nécessaires

Les deux lois « de programmation de la recherche » et « de sécurité globale » portent gravement atteinte à des libertés indispensables dans une démocratie.